Recrudescence de la rougeole

De plus en plus de cas de rougeole sont recensés

La lutte contre la rougeole doit être une priorité pour Médecins sans Frontières : malgré une baisse au niveau mondiale, et un Programme élargi de vaccination (PEV) lancé par l’OMS, qui permet de rendre les vaccins accessibles à tous les enfants autour du monde, la maladie est cause de décès toujours plus nombreux en Afrique. « Au cours des 20 dernières années, je n’ai jamais constaté autant de cas et de pays touchés par la maladie », affirme Florence Fermon, référent pour la rougeole MSF.

Non traitée, la rougeole peut être mortelle dans 5 à 20% des cas, et les enfants sont les premières victimes de la maladie. Pour Thierry Durand, directeur des opérations Médecins sans Frontières, « il y a manifestement des défaillances systémiques dans la prévention de la rougeole ». Des campagnes de vaccination sont organisées depuis deux ans dans des pays considérés comme compétents en matière de santé, le Malawi, le Mozambique, l’Afrique du Sud ou le Burkina Faso, et pourtant des épidémies de rougeole sévissent. « Les épidémies de rougeole dans des pays politiquement stables ne sont pas normales. Elles indiquent nécessairement un dysfonctionnement ou des faiblesses dans le système routinier de vaccination », explique Thierry Durand. La maladie touche aussi le Tchad, le Nigéria ou le Zimbabwe. Selon MSF, les campagnes de vaccination doivent être plus efficaces, et concerner les enfants âgés de 9 à 11 mois, pour endiguer véritablement les épidémies.

En France, la rougeole connaît également une recrudescence du nombre de cas, dans des proportions moindres . Néanmoins, les cas de rougeole sont passés de 604 en 2008, à 1 544 en 2009 et, 1 972 en 2010. « Plusieurs épidémies ont été observées début 2010 en Europe (Bulgarie, Espagne, Irlande, Allemagne), mais la France est l’un des pays de plus forte incidence », souligne l’InVS. La protection contre la rougeole prend la forme d’un vaccin trivalent (rougeole-oreillons-rubéole), qui est administré en deux doses, l’une à 12 mois, l’autre entre 13 et 24 mois. Il est par ailleurs possible de faire vacciner les enfants, adolescents ou jeunes adultes jusqu’à l’âge de 30 ans.

Pour mieux comprendre sa complémentaire santé
Bien choisir sa mutuelle santé